Accueil » Orientation » Carrière et confiance en soi : main dans la main pour croire en ses forces

Carrière et confiance en soi : main dans la main pour croire en ses forces

Plusieurs éléments viennent influencer le parcours professionnel d’une personne : valeurs, intérêts, aptitudes, exigences, contexte familial et social, n’en sont que quelques exemples. Qu’en est-il de la confiance en soi? Quel rôle peut-elle jouer dans le parcours, comment peut-elle influencer les choix, les décisions que l’on prend?

Carrière/orientation et confiance en soi : croire en notre capacité à accomplir une action : croire en nos capacités

D’abord, qu’est-ce que la confiance? Selon le dictionnaire de l’American Psychological Association, la confiance en soi, c’est le fait de croire en ses propres compétences, ses capacités et son jugement. Cela nous renvoie à la notion de sentiment d’efficacité personnelle (SEP), concept élaboré par Albert Bandura, qui est un puissant moteur de nos actions et de nos comportements. Selon Bandura, une personne a besoin d’avoir une solide confiance en son efficacité pour commencer et persévérer dans l’atteinte de ses objectifs, ainsi que des efforts soutenus et une vision claire de cet objectif. Une question qui demeure pertinente à ce propos : peut-on avoir confiance en soi dans TOUT? Tout le temps? Partout, et toujours? Est-ce réaliste?

Quand on se sent efficace et qu’on « croit » en quelque sorte en nos compétences, cela nous aide à atteindre notre objectif, et on croit aussi être en mesure d’affronter la situation, d’avoir de l’influence sur notre cheminement. Évidemment, lorsque nous croyons en notre capacité à accomplir une action, ce n’est pas une évaluation objective de notre réelle compétence, mais plutôt le niveau de conviction face à notre aptitude. Cela a donc une influence sur notre motivation, nos états émotionnels et, ultimement, sur nos comportements. Par exemple, si je crois être capable à 80% de réussir à cuisiner un gâteau aux bananes, je pourrai lister les étapes à réaliser, et identifier celles avec lesquelles je me sens plus ou moins confiante. Si je crois fermement être en mesure de réussir à accomplir la tâche demandée, il est fort possible que j’y arriverai, et que mes invités se régaleront. Si finalement mon gâteau ne « lève » pas, cela ne m’empêche pas de recommencer la prochaine fois, et par exemple ajuster ma quantité de poudre à pâte dans le mélange. Je peux me donner le droit à l’erreur, me « tromper » (ou apprendre!), de recommencer et de ne pas être parfaite. « L’échec » – s’il existe(!) – est une occasion d’apprentissage qui nous permet de bâtir notre confiance, à travers les essais que nous faisons.

Le sentiment d’efficacité personnelle est donc au cœur des actions de l’être humain. Pour agir et persévérer devant les difficultés, il faut avoir la croyance que nos actions nous mèneront vers les résultats souhaités. Si je ne crois pas en mes actions, j’aurai peur, je ressentirai de l’apathie, me sentirai inutile; ce qui augmente les risques de ne PAS atteindre les résultats que je souhaite.

À l’inverse, croire en moi et mes capacités augmentera mon niveau d’énergie, mon sentiment de fierté ainsi que celui de satisfaction; ce qui facilitera grandement l’atteinte de mes objectifs! Si j’ai vécu des expériences antérieures de réussite, ai reçu des rétroactions de l’entourage, et si je prends exemple sur des personnes qui ont réussi, cela pourra m’encourager à persévérer et atteindre ce que je souhaite. Par contre, si j’ai le goût de réussir à chanter dès demain en ayant la voix de Céline Dion, peut-être n’est-ce pas très réaliste…

Et vous, quels sont vos objectifs? Comment comptez-vous y parvenir? Y croyez-vous? Avez-vous besoin d’accompagnement pour déterminer vos objectifs, recadrer vos expériences antérieures pour mieux les « utiliser » comme levier de futurs succès ? Les conseillers du Groupe Conseil Saint-Denis peuvent vous aider à bâtir votre confiance, croire en vos forces !

– Marie-Claude Strevez, c.o.

Bibliographie

American Psychological Association (2006). APA Dictionnary of  Psychology. Washington, DC : American Psychological Association.

Bandura, A. (2007). Auto-efficacité : Le sentiment d’efficacité personnelle (2e éd.) (Trad. par J. Lecomte). Paris : De Boeck.

Carré, P. (2004). Bandura : Une psychologie pour le XXIe siècle? Savoirs, 5, 9-50.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail