Accueil » Activités » RETOUR AU TRAVAIL

RETOUR AU TRAVAIL

Comment savoir si vous êtes prêt à retourner au travail après un épuisement professionnel?

Vous êtes en arrêt de travail depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Votre médecin croit qu’il est temps pour vous de retourner travailler, mais vous n’êtes pas certain d’être tout à fait prêt… Tout à coup, l’anxiété que vous avez mis tant d’efforts à faire disparaître refait surface.

Le moment du retour au travail est généralement discuté entre le patient et le médecin. Il est cependant normal que la peur et l’anxiété augmentent avec l’approche de la date fatidique.

Bien entendu, c’est la responsabilité de votre médecin d’évaluer si vous êtes apte (ou non) à retourner au travail. Il doit tenir compte de votre capacité à demeurer actif et concentré, de la qualité de votre sommeil et du type d’emploi que vous occupez. Votre médecin s’assure que les symptômes sur lesquels il s’est appuyé pour recommander votre arrêt de travail se sont atténués suffisamment pour reprendre vos activités. En général, l’arrêt de travail est prolongé si votre médecin évalue que votre condition ne permet pas un retour au travail durable et sécuritaire.

La plupart des médecins et spécialistes en réadaptation s’entendent sur le fait que le retour au travail est la dernière étape de la guérison. En effet, il est essentiel de revenir à une vie professionnelle active afin de rebâtir sa confiance en soi. Cela permet aussi de retrouver l’énergie pré-invalidité à travers les horaires et la routine du quotidien. Le retour au travail fait donc faire partie du traitement. Au moment où vous aurez retrouvé assez de votre énergie et de votre concentration, votre médecin autorisera la reprise de vos activités professionnelles, souvent en proposant que cette reprise soit graduelle. Ceci signifie une charge de travail ou un horaire modifié durant quelques semaines. En général, les compagnies d’assurance acceptent que cela se fasse sur une période variant de 4 à 8 semaines.

 

Le retour au travail à la suite d’un épuisement professionnel

Pour certains, l’idée de devoir faire face à l’ancienne équipe de travail devient une source d’anxiété pour différentes raisons :

–        Le travail peut être perçu comme « responsable » de la condition d’épuisement. Une surcharge de travail, un contexte difficile ou des relations conflictuelles ont souvent précédé l’arrêt de travail. Le retour au travail est donc perçu comme une menace et un risque de rechute y est associé, à tort ou à raison.

–        Certaines personnes attendent trop longtemps avant de consulter leur médecin et ternissent ainsi leur image professionnelle durant les derniers mois de travail : absences répétées, productivité réduite, erreurs multiples, sautes d’humeur, etc. La perspective du  retour au travail fait ressurgir des sentiments de honte et de culpabilité.

–        Parfois, c’est le simple fait de devoir renouer avec des collègues à qui on n’a pas parlé depuis l’arrêt de travail et la crainte de devoir « se raconter » qui deviennent des sources de stress. La crainte de devoir s’ouvrir sur des détails que l’on souhaite garder intimes ou simplement la peur de ne plus trouver sa place au sein de l’équipe peuvent être perçues comme des obstacles au retour à l’emploi.

Toutes ces craintes, qu’elles soient justifiées ou non, ne disparaîtront pas avec le temps. Seuls l’action, le retour au travail ou la décision de changer d’emploi permettront d’y faire face et de « régler la question » une fois pour toutes.

Après un épuisement professionnel, la décision de retourner ou non chez votre employeur vous appartient. Il est possible qu’après avoir analysé votre situation, vous décidiez de quitter votre emploi. Il est alors très important que vous sachiez que cela sera considéré comme un choix personnel et qu’il est fort probable que ni l’assureur, ni l’employeur ne vous soutiennent dans la recherche d’un nouvel emploi.

En plus de motivations financières, il faut résister à l’envie d’offrir sa démission dès le début de l’arrêt de travail afin de mieux comprendre les sources d’insatisfaction ou de surcharge. Le temps et le retour à la santé permettent le recul nécessaire pour différencier ce qui nous appartient de ce qui appartient au milieu de travail ou à certains individus qui le composent, et ainsi prendre une décision juste et éclairée. Il vous faudra aussi avoir retrouvé assez d’énergie et de concentration pour être en mesure de chercher un emploi. Cela est tout aussi exigeant que de travailler à temps complet. De plus, lors d’une entrevue de sélection, vous ne pouvez vous permettre de ne pas être en forme.

De l’aide pour réussir le retour au travail

La plupart des compagnies d’assurances et certains employeurs peuvent vous offrir les services d’un conseiller en réadaptation. Ce dernier offre un soutien à la personne en épuisement professionnel dans la préparation du plan de retour au travail. Il travaille de concert avec vous, votre médecin traitant, votre assureur et votre employeur afin de mettre en place des conditions favorables à la réussite de votre retour en emploi. Ces conditions vont de l’allégement de l’horaire et de certaines tâches à la recherche de solution face à une situation conflictuelle. Si on ne vous l’a pas déjà proposé, contactez votre assureur ou votre employeur pour savoir si ce service peut vous être offert.

Si un retour chez votre employeur est exclu (quelle que soit la raison pour laquelle vous n’avez plus de lien d’emploi), le Groupe Conseil Saint-Denis offre (grâce au soutien financier d’Emploi-Québec) un service GRATUIT d’aide à la préparation du retour à la vie professionnelle active. N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir plus d’information sur ce service.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail