Accueil » Burnout » Le burnout ou épuisement professionnel 2e partie

Le burnout ou épuisement professionnel 2e partie

Les symptômes et la prévention du burnout

En anglais, « to burn out » signifie se brûler, se consumer entièrement. Le burnout, ou épuisement professionnel n’est pas considéré comme une maladie mentale. Selon Freudenberger (1970), il est un processus dynamique susceptible d’aggravation. Les causes sont donc à chercher dans la vie professionnelle, en lien avec son hygiène de vie personnelle.

Comment reconnaître le burnout

Paradoxalement, lorsque le burnout survient, l’impression de stress diminue. Il s’en suit un sentiment de perte de contact avec les autres et un détachement de soi-même, ou encore une sensation de vide ou de désespoir, accompagnée d’une faible estime de soi ou de fatigue émotionnelle. Parfois, c’est un sentiment de cynisme ou de dépersonnalisation qui s’installe, ou une dévalorisation ou diminution du sentiment d’accomplissement.

Toutefois, avant que survienne cet état, plusieurs symptômes précurseurs sont à surveiller. Ils peuvent être d’ordre cognitif, émotionnel, physique et comportemental. En voici quelques-uns.

Symptômes cognitifs :

  • problèmes de mémoire,
  • difficultés à prendre des décisions,
  • incapacité à se concentrer,
  • troubles du jugement,
  • pessimisme général,
  • pensées anxieuses,
  • inquiétude constante,
  • perte d’objectivité et du jugement,
  • anticipations négatives.

Symptômes émotionnels :

  • agitation,
  • irritabilité et impatience,
  • sensation de fatigue,
  • incapacité à se détendre et se relaxer,
  • avoir l’impression d’être sur les nerfs,
  • sentiment d’isolement et de solitude,
  • dépression ou tristesse généralisée.

Symptômes physiques :

  • maux de tête ou maux de dos,
  • tensions musculaires,
  • diarrhée ou constipation,
  • nausées,
  • insomnie,
  • douleurs dans la poitrine et/ou rythme cardiaque rapide,
  • perte ou prise de poids,
  • démangeaisons,
  • coups de froid fréquents.

Symptômes comportementaux :

  • manger beaucoup plus ou beaucoup moins,
  • dormir beaucoup plus ou beaucoup moins,
  • isolement, procrastination et fuite des responsabilités,
  • abus d’alcool, de cigarettes ou de médicaments pour se relaxer,
  • suractivité dans certains domaines (sport, magasinage),
  • réaction démesurée face à des problèmes imprévus,
  • habitudes nerveuses (se ronger les ongles).

Évidemment, ces symptômes du stress peuvent aussi être causés par d’autres problèmes psychologiques ou médicaux. Toujours consulter un médecin en cas d’incertitude!

Comment prévenir le burnout

Le stress en soi n’est pas mauvais. C’est la perte de l’équilibre qui entraîne le burnout, causée par un dérèglement du niveau de stress. Pour prévenir le burnout, il est important d’être à l’écoute de soi-même, de ses aspirations profondes, de ses valeurs, et de travailler à être centré sur soi. Certains tentent de combler le vide par la surconsommation: voilà peut-être le signal d’alarme qu’il faut reconnaître.

On peut aimer ce qu’on fait tout en demeurant détaché émotionnellement. Cela permet le recul nécessaire à l’analyse de sa situation au travail. Évidemment, cultiver ses amitiés en milieu professionnel est une bonne manière de donner et recevoir soutien, renforcement positif et partage des frustrations, même anodines.

Varier ses tâches est aussi une saine manière d’éviter l’enlisement, le cynisme et la perte d’intérêt pour son travail. Demeurez vigilant par rapport à votre attitude: vous sentez-vous coupable lorsque vous prenez congé ou êtes malade ? Faites-vous assez d’exercices ? Mangez-vous sainement ? Prenez-vous assez de vacances ?

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail